fbpx

CHARLES DE FOUCAULD AU MAROC

Le 23 mai 1884, vers 10 heures : deux hommes vêtus à la mode des juifs maghrébins franchissent, à quelques kilomètres de la ville marocaine d’Oujda, la frontière entre le royaume chérifien et l’Algérie.

Si l’un d’eux, Mardochée Abi Serour, né vers 1830 à Aqqa, est juif et, de surcroît, rabbin authentique, en revanche, son compagnon de route est un Français âgé de vingt-six ans.

Méconnaissable sous son déguisement, ce jeune lieutenant est le vicomte Charles de Foucauld, appelé à devenir célèbre un jour sous le nom de Père de Foucauld… Ce dernier n’a passé qu’une année au Maroc. Mais ce qu’il a vécu l’a profondément marqué. Quand il a fait son voyage d’exploration au Maroc, du juin 1883 au mai 1884, il avait à peine 25 ans.

Le récit de son voyage publié dans son livre « Reconnaissance au Maroc », lui a valu la médaille d’or de la Société de Géographie de Paris.

Tout d’abord, Charles de Foucauld faisait le projet d’un long voyage en Orient, voulant traverser toute l’Afrique du Nord, l’Arabie Saoudite et aller jusqu’à Jérusalem, où il pensait se retrouver avec un médecin qu’il avait connu dans le Sud-Oranais.

Charles-de-foucauld-au-maroc

Mais subitement il change son projet : il ne voulait plus aller en Orient, mais en direction opposé : au Maroc pour un voyage d’exploration.

Pourquoi ce changement ? On retrouve son goût de l’aventure, son caractère fier avec ce projet extrêmement ambitieux de faire quelque chose que personne n’a encore pu faire avant lui.

C’est peut-être qu’après une jeunesse et un parcours très tourmentés il a soif de combler un vide par une expérience forte, soif de se risquer sans mesure, soif de réussir son projet personnel. Finalement soif de l’absolu.

Explorer le Maroc, pays qui jusque-là était inconnu en grande partie, n’était pas possible pour un Européen sans risquer sa vie. Seulement certaines zones étaient accessibles aux Européens.

A partir de juin 1882, donc à 24 ans, Charles de Foucauld se prépare à la Bibliothèque d’Alger, aidé des meilleurs spécialistes de l’époque, comme Mac Carthy et le grand explorateur Henri Duveyrier, pendant une année pour ce voyage d’exploration avec des études acharnées dans plusieurs domaines scientifiques comme la géographie, la géologie, la cartographie, l’histoire et il étudie aussi l’arabe et l’hébreu (mais pas le berbère).

Charles de Foucauld finance ce projet personnel entièrement par sa fortune personnelle et celle de sa famille, ou plutôt avec ce qui lui en restait, car dans sa jeunesse il avait déjà dilapidé une bonne partie de son héritage, ce qui lui a valu d’avoir un conseil judiciaire.

La population qu’il rencontre au Maroc était en grande majorité musulmane, mais il y avait aussi des nombreuses communautés juives.

A cause du danger que représentait ce voyage pour lui comme européen, Charles de Foucauld avait choisi de se déguiser en rabbin juif, se présentant sous le nom Joseph Aleman et de se faire accompagner par le Rabbin Mardochée Aby Serour.

Mardochée était juif marocain né en 1826 à Tintazart près d’Aqqa dans le Sud marocain et donc âgée d’environ 57 ans. C’était un voyageur très expérimenté et renommé notamment par son voyage à Tombouctou.

Mais souvent c’est Charles de Foucauld qui décide lui-même le chemin à suivre, il prend des risques énormes, contre l’avis de son guide. Ainsi à plusieurs reprises il a failli d’y laisser sa peau.

De juin 1883 à mai 1884 il va parcourir à pied surtout et parfois à dos de mulet 3000 km, dont 2250 km totalement inconnus.

Il a fait preuve de capacité d’observations très précises du terrain, de la culture, de l’organisation politique du Maroc, de compétence en différentes matières et d’une grande endurance pendant cette année au Maroc.

Il notait ses observations dans un cahier minuscule de 5 cm carrés avec un crayon long de 2 cm, en prenant la précaution de marcher en avant ou en arrière de ses compagnons.

Autres pages qui pourraient vous intéresser :

Echanger
1
💬 Besoin d'aide ?
Kaoutar
Bonjour 👋
Comment puis-je vous aider ?